Arno aux Mardis du grand marais, Riorges, 14 Mai 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arno aux Mardis du grand marais, Riorges, 14 Mai 2013

Message  Admin le Mer 15 Mai - 21:32


Arno...
j'avais en tête une ou deux chansons, un passé avec les Tc matics, une gueule de vieux chanteur punk belge, et son univers personnel "à la Tom Waits", sans concession.
C'est tout.
C'est ainsi que je me suis pointé au concert de Riorges, histoire d'un rendez-vous musical et scénique "avec l'histoire".

La première partie assurée par Milord, duo français, avait déjà commencé à 20 h 45.
Un gaillard, plutôt robuste, assis tout au long du set, et rapidement vêtu d'un simple Marcel, assurait le rôle de guitariste. Armé d'une steel guitare style Dobro, le son très blues trash que celui-ci en sortait m'a rapidement rappelé le Legendary Tiger man vu cet été à Perpignan. Son compère, lui, debout, aidé parfois d'un harmonica, a assumé son rôle de chanteur en déclamant des poésies plutôt contemporaines, avec style et force. Une bonne introduction à Arno, toute "Tom Waitsienne".
Au bout de 45 min et après un changement de plateau rapide, les musiciens d'Arno se sont installés, balançant une introduction musicale pour accueillir le chanteur d'Ostende.



Si j'avais une idée réduite et préconçue, mais somme toute assez juste d'Arno, j'ai vite été rassuré dés le premier morceau. Un chanteur en voix, plein d'humour et prêt à partager avec le public. Un gimmick de lancé de pied de micro de droite à gauche, très rock'nroll.. et des grimaces, mais rien de dérangeant.
"Ce n'est pas aux vieux singes qu'on apprend..."
Le groupe est calé, très professionnel, et joue une musique très puissante, précise, aux accents punk, néo-punk, ou blues parfois. Mais... tout cela vient du même tonneau, n'est-ce pas ?


Quand la furie n'est pas de mise, une lumière rouge tombe sur scène et Arno balance un petite histoire sympa, qui annonce la chanson suivante. Drôle, et émouvant souvent, il s'assoit aussi à l'occasion pour mieux calmer l'ambiance.

Puis, le guitariste John Parish prend à nouveau une de ses nombreuses guitares, (belle Gibson demi caisse avec ouïes, une Dobro carrée !!, une Fender..) et envoie la patate dans la salle, boosté par le Korg de Serge Feys, et ses sonorités prog ou new-wave d'enfer.
Les décibels oscilleront entre 95 et 105 db à certains moments, mais putain, quelle claque jouissive !

Les paroles, malgré un accent très prononcé, sont intelligibles, pour qui prenait la peine de bien tendre l'oreille; et le plaisir du groupe à jouer ce soir là a été partagé.

Well…je n'aurais raté ce concert de légenge pour rien au monde.
Dire que Arno joue depuis les années 70 et qu'il a déjà 12 albums en solo au compteur depuis 1986 ! (…)
L'avant-dernier morceau a été "Putain putain", l'hymne des Tc matic, un de ses premiers groupes, hommage décalé au sentiment européen... des publics présents :
"the rich may be rich, and the poor may be poor, they all beat the shit off eachother,
putain putain, c'est vachement bien; nous sommes quand même tous des Européens" (…)

Au final, avec un rappel bien mérité, scandé par 820 personnes exaltées, Arno a terminé son set avec des cymbales en main, pour mieux clôturer le son énorme qu'il avait contribué à installer. Puis, arborant le symbole de la victoire sur ses deux mains, et saluant, il est parti, ému et satisfait semble t'il de l'accueil que Riorges lui avait accordé.

"Future vintage" est le nom de son dernier album, à la superbe pochette.


©Photos et textes : F. guigue
avatar
Admin
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 26/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://rockaroanne.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum